Comment est la conduite de 4×4 sur des routes enneigées ?

Les véhicules à quatre roues motrices sont très polyvalents pour ce qui est des terrains de conduite. Ils ne peuvent pas gérer tous les problèmes de conduire un 4×4 en hiver. Il est important de se familiariser avec quelques notions de base en conduite de 4×4 avant de s’attaquer aux routes enneigées.

Toujours conduire avec des pneus assortis

Une différence de circonférence entre les pneus peut créer des soucis de maniabilité et endommager la transmission du véhicule. Cela est vrai en toute condition de conduite, et pas seulement dans la neige. Cette considération s’applique aussi à tous les types de véhicules à quatre roues motrices. Consultez les instructions du fabricant pour vérifier que les pneus achetés sont adaptés à votre 4×4. Ce sera d’autant plus important si vous comptez les utiliser pour conduire dans la neige.

Configurer la transmission sur deux roues motrices

Il est assez courant de descendre une pente à vitesse réduite pour permettre au moteur de ralentir la course. La dynamique du véhicule peut toutefois dans ce cas de figure faire glisser les roues avant et entraîner une perte de contrôle. Le passage aux 2 roues motrices maintiendra les roues avant en mouvement. Cela aidera aussi les roues arrière à ralentir le véhicule.

Beaucoup de 4×4 actuels comme Toyota RAV-4 Hybride de 2019 par exemple, et notamment les VUS, ont des systèmes à 4 roues motrices automatiques. Ce type de système peut maintenir le véhicule à deux roues motrices si cette configuration lui paraît suffisante pour gérer le parcours. Il peut ensuite passer automatiquement à quatre roues motrices quand cela se révèlera nécessaire. Pour cela, le système fera varier le rapport entre les essieux avant et arrière. Un glissement de roue suffit parfois pour activer le système.

Les véhicules à 4 roues motrices automatiques ne sont pas recommandés pour la vraie conduite hors route et en hiver. Cela tient notamment à l’alimentation constante des quatre roues.

Désactiver le contrôle de traction

Un système antipatinage ou contrôle de traction peut arrêter le véhicule si les pneus se mettent à patiner. Ce genre de situation est très susceptible de se produire lorsque vous essayez de gravir une pente enneigée. C’est un effet secondaire normal du contrôle de traction.

Il est plus avisé de désactiver l’antipatinage pour grimper une route dans la neige. L’un des pneus du véhicule peut commencer à patiner quand vous escaladez une pente raide et enneigée. La pulsation des freins va ralentir ou arrêter la voiture si le système d’antipatinage est activé.

Il se peut éventuellement que l’antipatinage ne puisse pas être désactivé sur votre voiture. Dans ce cas, vous devrez augmenter votre vitesse pour gagner du terrain. N’allez pas toutefois trop vite, car cela vous ferait perdre le contrôle de la voiture.

Par ailleurs, vous pouvez nous contacter sur ce lien. En effet, vous n’avez qu’à cliquer et vous pouvez nous envoyer votre message.

Conseils supplémentaires sur la conduite sur neige

Les quatre roues motrices vous aident à vous déplacer dans la neige, mais ne vous aident pas à vous arrêter. Ralentir sur une surface glissante nécessite plus de distance d’arrêt, quel que soit le type de véhicule utilisé. Amenez votre véhicule sur un parking enneigé et vide pour vous entraîner à manœuvrer sur une surface glissante.

Les roues avant du 4×4 peuvent faire un tire-bouchon si vous prenez trop rapidement une courbe sur des routes enneigées. Cela obligera le véhicule à rester droit au lieu de tourner. Levez un peu le pied sur l’accélérateur pour corriger le problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *